Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 janvier 2012 3 18 /01 /janvier /2012 09:00

Et bien non !

Au risque de décevoir certaines personnes, la morue n'est pas une primeure portugaise.

Au Pays Basque on en mange beaucoup. Et pourquoi ? Un peu d'histoire : bien avant Christophe Colomb et son Nouveau Monde, bien avant les Portugais et leur route des Indes, ce sont les navigateurs basques (français) qui dès le XIVème siècle se sont enfoncés dans les mers septentrionales à la poursuite des baleines et qui ont découvert Terre-Neuve. Dès lors, le célèbre navigateur Jacques Cartier (un Malouin, mais personne n'est parfait) y a fondé des colonies de pêcheurs vue l'abondance de poissons qui visitaient ses côtes. Mais la pêche à la morue a périclité, pour diverses raisons et notamment à cause de la pêche intensive.

Pour faire bref, de ces colonies il ne nous reste aujourd'hui que Saint Pierre et Miquelon. Mais si un jour vous avez la chance de vous y arrêter (attention, le climat est rude !) vous constaterez par vous-même que beaucoup de basques y sont installés depuis des générations.

 

DSC07007.JPG

 

Pour en revenir à notre morue (ou cabillaud), il vous faut 600 gr de morue salée, 1 poivron rouge, 1 verre de vin blanc, 2 feuilles de laurier et 2 branches de thym, 1 poivron jaune, 1 oignon, 2 tomates, un talon de jambon (de Bayonne !) coupé en dés, du thym, du laurier, de l'huile d'olive, du piment d'Espelette.

 

La veille, faire dessaler la morue dans un grand récipient d'eau froide. Le matin, changer l'eau de trempage. Laisser encore déssaler 3 heures.

 

Mettre à bouillir une casserole d'eau SANS SEL avec 1 branche de thym et 1 feuille de laurier.

 

Dans une sauteuse avec de l'huile d'olive, faire revenir l'oignon émincé.

 

Découper les poivrons en lanières. Couper les tomates en morceaux. Mettre le tout dans la sauteuse avec l'oignon. Ajouter le verre de vin blanc, le thym et le laurier restant. Recouvrir et laisser compoter à feu doux.

 

Pendant ce temps, pocher la morue 5 minutes dans la casserole d'eau. Egoutter.

 

Effeuiller la morue en otant toutes les arêtes.

 

Verser dans la sauteuse la morue et les dés de jambon. Mélanger sans casser les morceaux de poisson. Ajouter le piment d'Espelette. Rectifier l'assaisonnement. Ne pas saler sans avoir goûté ! La morue et le jambon auront d'eux même apporté le sel nécessaire à cette recette.

 

Servir bien chaud avec un risotto au safran.

 

J'ai entendu dire, une fois, lors d'un repas dans une maison d'hôtes alors que la conversation menait bon train sur la cuisine française (les français parlent toujours de météo ou de cuisine, vous n'avez pas remarqué ?) que la morue était un plat de pauvre. Cette phrase, dîte sur un ton dédaigneux, m'a marquée. Je n'ai rien dit, par correction vis à vis de nos hôtes, mais la morue, j'en ai mangé plus d'une fois en étant enfant. Et pauvre, oui, ma grand-mère l'était. Mais qu'elle richesse que de pouvoir déguster notre morue en famille !

Partager cet article

Published by Lilou & Co - dans Cuisine Basque
commenter cet article
16 janvier 2012 1 16 /01 /janvier /2012 09:00

Il y a un plat que j'affectionne tout particulièrement -gustativement et sentimentalement parlant- c'est les calamars à l'encre. Cela peut sembler peu ragoûtant à première vue, mais pour les connaisseurs, il n'y a rien de meilleur. Les italiens en mettent même dans leurs pâtes !

 

Ce plat a bercé toute mon enfance en Espagne. Et c'est en regardant ma grand-mère les préparer que j'ai appris à les cuisiner.

 

La difficulté de cette recette c'est de préparer les calamars. Vous pouvez demander à votre poissonnier de vous les vider, mais c'est moins marrant, en précisant bien qu'il vous garde les poches d'encre, sinon la recette n'a plus d'intérêts... Le but du jeu, vous l'aurez compris, c'est de ne pas percer les poches, au risque de refaire la décoration de la cuisine. Sur le carrelage cela part très bien. Sur les mains, un peu moins... Quant aux vêtements, parfois pas du tout !

 

DSC06284.JPG

 Un calamar entierDSC06285.JPG

 Les poches d'encre

 DSC06287.JPG

 Le même calamar, mais là il fait moins le fier !

 

Pour 4 personnes, il vous faut 1 kg de calamars, 2 gousses d'ail, 1/2 verre de vin blanc, 1 oignon, de l'huile d'olive, du sel, une petite boîte de sauce tomate, du piment d'Espelette.

 

On prépare les calamars : on les lave, on les fend, on enlève les yeux et le bec, on retire l'intérieur en conservant les poches d'encre que l'on réserve dans un petit verre, on les coupe en morceaux ainsi que les tentacules. Patience, cela peut prendre du temps !

 

Dans une sauteuse, avec une cuillère d'huile d'olive, faire revenir l'oignon émincé et les gousses d'ail pressées. A la première coloration, ajouter les morceaux de calamars et faire dégorger de leur eau à feu vif. Puis ajouter le vin blanc. Laisser cuire quelques minutes.

 

Rajouter la sauce tomate. Délayer les poches d'encre dans de l'eau chaude. Bien mélanger pour dissoudre parfaitement l'encre. Ajouter aux calamars. Couvrir et laisser mijoter 30 minutes.

 

Rectifier l'assaisonnement avec sel et piment d'Espelette.

 

Servir bien chaud avec des pommes de terre sautées.

 

DSC06291.JPG

 C'est prêt. Gracias Abuelita*.

 

*Merci petite Grand-mère.

Partager cet article

Published by Lilou & Co - dans Cuisine Basque
commenter cet article
14 janvier 2012 6 14 /01 /janvier /2012 12:30

Allez, une petite recette de pâtes, toute simple à cuisiner pour le weekend.

 

Mais on va changer des macaronis ou des spaghettis. On va faire des orecchiettes. Ce sont de petites pâtes en forme... d'oreilles ! Cours d'italien : oreille se dit "orecchio".

 

Allez, direction la "cuccina".

  DSC07099.JPG

 

Pour 4 italiens, il vous faut : 400 gr d'orechiette, 250 gr de petits pois surgelés (ou frais, mais ce n'est pas la saison), 100 gr de coppa en tranches fines, 60 gr de gorgonzola, 3 échalotes, un peu de piment d'Espelette (oui, je sais, ce n'est pas italien...), 100 ml de crème liquide.

 

Porter à ébullition une grande quantité d'eau salée.

 

Peler et émincer les échalotes. Disposer les tranches de coppa dans une grande sauteuse de façon à ce qu'elles ne se superposent pas. Faire dorer à feu moyen jusqu'à ce qu'elles soient croustillantes. Egoutter et réserver. Garder le gras et y faire fondre les échalotes.

 

Plonger les pâtes dans l'eau et les faire cuire al dente. Verser les petits pois sur les échalotes et ajouter un peu d'eau de cuisson des pâtes. Ajoutez-en au fur et à mesure de la cuisson jusqu'à ce qu'ils soient cuits.

 

Egoutter les pâtes. Versez-les dans la sauteuse, ajouter le piment et la crème. Ne pas saler. Mélanger. Ajouter le gorgonzola en petits morceaux. Remuer.

 

Servir dans les assiettes avec des morceaux de coppa.

 

Pour les plus gourmands on peut cuisiner en parallèle une bonne sauce tomate maison au thym frais et au basilic, puis en rajouter quelques cuillèrées dans les assiettes.

 

Buon appetito !

 

Partager cet article

Published by Lilou & Co - dans Cuisine Italienne
commenter cet article
12 janvier 2012 4 12 /01 /janvier /2012 09:00

Envie subite de "tea time cocooning"... pas vous ?

 

DSCF0268.JPG

 

Pour environ 12 petits gâteaux, il vous faut 135 gr de miel liquide, 135 gr de cassonade, 180 ml de lait, 110 gr de farine, 2 cuillères à café de levure, 65 gr de beurre, 1 oeuf, 150 gr de sucre cristal et 2 cuillères à café de thé en poudre (à défaut de la cannelle mais le goût n'est pas le même).

 

Mélanger le sucre semoule avec la poudre de thé et réserver.

 

Préchauffer le four à 180°C. Beurrer 12 petits moules à cake.

 

Faire chauffer le lait avec le miel et la cassonade. Mélanger jusqu'à ce que le sucre soit fondu. Laisser tiédir.

 

Mélanger la levure avecla farine. Ajouter le beurre et mélanger jusqu'à obtenir une texture sableuse. Verser la préparation liquide en mélangeant bien pour ne pas avoir de grumeaux. Incorporer l'oeuf et mélanger.

 

Répartir dans les moules beurrés et enfourner pour 20 minutes de cuisson.

 

Retourner immédiatement sur une planche et démouler. Passer sans attendre dans le sucre au thé et laisser refroidir. Le sucre se caramélise légèrement à la chaleur des gâteaux.

 

Partager cet article

Published by Lilou & Co - dans Pâtisseries
commenter cet article
11 janvier 2012 3 11 /01 /janvier /2012 09:00

Cré Bin Diou ! ça c'est du titre de recette !

 

DSCF0281.JPG

 

Pour 4 personnes il vous faut 1 rouleau de pâte feuilletée (ben oui, j'en ai assez "d'abaisser la pâte" avec toutes mes galettes des rois !), 300 gr de carottes, 200 gr d'oignons rouges, 20 ml de vinaigre balsamique, 20 gr de sucre de canne, 150 ml d'eau, fleur de sel, romarin, sel et poivre. 

 

Dans une coupelle mélanger de la fleur de sel avec du romarin frais. Réserver.

 

Laver et éplucher les carottes. Coupêr en rondelles. Les cuire à l'eau bouillant salée jusqu'à ce qu'elles soient al dente. Laisser refroidir.

 

Emincer les oignons. Les mettre dans une casserole avec l'eau, le sucre, le vinaigre balsamique. Recouvrir. Laisser compoter à feu doux pendant 30 minutes. Rectifier l'assaisonnement avec sel et poivre. Lorsque toute le liquide est évaporé faire caraméliser 2 minutes à feu vif.

 

Préchauffer le four à 180°C.

 

Découper la pâte feuilletée en cercle de la taille d'une tartelette. Disposer les oignons caramélisés dessus. Puis disposer les carottes en rosace. Badigeonner très légèrement de beurre fondu. Déposer une branche de romarin sur le dessus de chaque tartelette. Enfourner sous le grill pendant 20 minutes.

 

Démouler sur une assiette, rajouter la fleur de sel au romarin. Servir chaud avec une salade.

 

Titre à rallonge mais recette très simple. Vous m'en direz des nouvelles !

Partager cet article

Published by Lilou & Co - dans Cuisine Française
commenter cet article
10 janvier 2012 2 10 /01 /janvier /2012 15:53

Puisque c'est la pleine saison de la galette et que cela fait longtemps que je n'ai pas lancé de devinette, voici de quoi me rattraper !

 

Tout d'abord, un peu d'histoire. La "galette" est un terme dérivé de galet "caillou", appliqué par analogie de forme à un gâteau rond et plat, cuit au four, fait de pâte feuilletée ou brisée et dont l'origine remonterait à l'âge de la pierre polie, époque où l'on cuisait sur des pierres chaudes. En Bretagne le mot galette désigne des crêpes préparées avec une pâte à base de farine de sarrasin et diversement garnies. (Extrait du "Dictionnaire étymologique et historique du vocabulaire classique de la cuisine et de la gastronomie", de Claudine Brécourt-Villars) Un p'tit coucou à La Trinité Sur Mer en passant  !

 

Alors, voici mon extrait de roman :

 

"Le loup, la voyant entrer, lui dit en se cachant dans le lit, sous la couverture : "Mets la galette et le petit pot de beurre sur la huche, et viens te coucher avec moi."

 

Facile, facile, facile !!!! Il me faut le titre de l'histoire et son auteur.

Partager cet article

9 janvier 2012 1 09 /01 /janvier /2012 09:00

Le steack de thon, c'est bon ! Avec ma compotée, c'est plus que bon !

 

DSCF0191.JPG

 

 Il vous faut 1 steack de thon (évidemment), 1 poivron rouge, 1 poivron vert, 4 tomates mondées, 2 oignons, 1 gousse d'ail, de l'huile d'olive, piment d'espelette et sel.

 

Préchauffer le four à 240°C. Déposer les poivrons lavés sur une plaque allant au four. Mettre sous le grill pendant 10/15 minutes. Les poivrons doivent cloquer.

 

Pendant ce temps émincer les oignons. Couper les tomates en gardant le jus.  Faire chauffer de l'huile d'olive dans une poêle. Mettre les oignons et les morceaux de tomates avec jus ainsi que la gousse d'ail écrasée. Faire revenir à feu doux.

 

Sortir les poivrons du four et les envelopper dans un sac. Les laisser refroidir ainsi pendant 10 minutes. Reprendre les poivrons et les éplucher : la peau s'enlève toute seule ! Les épépiner et les couper en morceaux. Les mettre dans la poêle avec les tomates/oignons. Saler et pimenter d'Espelette. Recouvrir et laisser compoter doucement pendant 20 minutes. Rectifier l'assaisonnement. C'est prêt !

 

La cuisine Basque j'adore. Peut-être grâce à (une) de mes origines du côté maternel. Et je garde un très bon souvenir de mon séjour à Saint Jean de Luz -culinairement et touristiquement parlant- il y a quelques années. Mon fils aussi puisqu'il y a découvert le Ttoro (soupe à base de poissons et coquillages) à l'âge d'un an et demi et il s'en rappelle encore ! Mon mari, lui se fût le gâteau basque...

 

Saviez-vous qu'il existe un Basque Culinary Center à San Sebastian ? Une faculté des sciences gastronomiques. Si ma grand-mère voyait çà, elle qui m'a tout appris de sa cuisine espagnole, elle serait (encore plus) fière d'être basque !

 

 

Partager cet article

Published by Lilou & Co - dans Cuisine Basque
commenter cet article
8 janvier 2012 7 08 /01 /janvier /2012 17:14

Cuisine indienne, 2ème essai.

 

Vous aviez pu découvrir il y a quelques temps mon Poulet Saag.

 

Cette fois j'ai cuisiné des lentilles corail. Une grande première car à part les lentilles vertes (du Puy, s'il vous plaît !) je n'y connais pas grand chose.

 

Et bien, encore une fois, grande réussite. 

 DSCF0227.JPG

 

Il vous faut 300 gr de lentilles corail, 3 cuillères à café de graines de moutarde, 2 oignons émincés, 2 gousses d'ail pilées, 1 cuillère à soupe de cumin moulu, 3 cuillères à café de coriandre moulue, 1 cuillère à café de curcuma moulu, 1 cuilllère à café de piment moulu (facultatif), 800 gr de tomates pelées, 600 ml de bouillon de légumes, 80 ml de crème de coco, 2 cuillères à soupe de coriandre ciselée.

 

Dans une cocotte, faire revenir à sec les graines de moutarde avec le cumin afin que les épices dégagent tout leur arôme. Puis ajouter une cuillerée d'huile d'olive et les oignons. Faire revenir à feu doux. Lorsque les oignons sont translucides, ajouter l'ail et le reste des épices. Mélanger à feu moyen. Ajouter les lentilles, rincées, les tomates et le bouillon de légumes.

 

Couvrir et laisser mijoter 30 minutes. Les lentilles corail cuisent très vite.

 

Peu avant de servir, ajouter la crème de coco. Mélanger à feu doux sans faire bouillir.

 

Saupoudrer de coriandre fraîche juste avant de servir.

 

Pour les brochettes il vous faut 4 blancs de poulet découpés en morceaux, du citron vert et de la coriandre fraîche ciselée. 

 

Faire mariner les morceaux de poulet pendant 2 heures au frais dans le jus de citron vert et la coriandre. Enfiler les morceaux sur une pique en bois. Faire griller au four 10 minutes à 220°C.

 

Et voilà !

 

Etant donné que je me suis passionnée pour cette cuisine et que sur internet on trouve "à boire et à manger" sur le sujet (difficile de faire un tri) je me suis offert le MaraboutChef Cuisine Indienne, histoire de commencer par des bases simples. Le livre est très bien fait. J'ai plein de recettes à tester !

 

 

Partager cet article

Published by Lilou & Co - dans Cuisine Indienne
commenter cet article
8 janvier 2012 7 08 /01 /janvier /2012 15:51

Bon, il en faut pour tous les goûts. Il y a des galettes au chocolat, des galettes fourrées aux pommes, d'autres à la mangue  , et j'en passe... Bon, tant que les principaux ingrédients qui en font sa renommée, j'ai nommé la poudre d'amande et la pâte feuilletée, restent dans la base de la recette, pourquoi pas... Peut-être que j'essaierai un jour...

 

Pour cette troisième et dernière version de la galette que je vous propose, on fait un peu plus léger avec des ingrédients de type végétalien. On pourrait se dire que, bof, cela va donner une galette un peu "pâlichonne" en goût et en couleur mais, pour l'avoir testée, je peux vous dire qu'elle est très bonne. Pas excellente comme la Version grand chef c'est sûr !

 

Il vous faut 2 abaisses de pâte feuilletée, 200 gr de poudre d'amande, 150 gr de sucre de canne, 20 gr de maïzena, 80 ml de lait végétal (le lait d'amande me paraît le plus approprié, à vrai dire je n'ai pas essayé avec les autres), un peu de lait de soja pour dorer la galette.

 

Diluer la maïzena dans le lait d'amande. Dans un saladier mélanger la poudre d'amande avec le sucre de canne. Ajouter le lait d'amande + maïzena. Bien mélanger.

 

Etaler sur une première abaisse de pâte feuilletée. Badigeonner les bords de lait de soja, recouvrir de la deuxième pâte feuilletée. Bien souder les bords. Badigeonner la galette de lait de soja.

 

Préchauffer le four à 210°C. Enfourner et cuire 25 minutes. 

 

(Photo prochainement !)

 

Voilà, ma trilogie des rois s'achève.

Et j'en profite pour souhaiter une bonne fête à ma Tiphaine !

 

Sinon, la Couronne des Rois, ça vous tente ?

 

Partager cet article

Published by Lilou & Co - dans Pâtisseries
commenter cet article
8 janvier 2012 7 08 /01 /janvier /2012 09:00

Le chocolat.... une histoire d'amour !

 

Mais attention, pas n'importe lequel et pas n'importe comment.

 

Par exemple la mousse au chocolat. Je déteste lorsque la mousse a une odeur d'oeuf cru. Ce qui est le cas dans la plupart des mousses faites maison. Sauf une ! Celle de Cyril Lignac. Bon je l'avoue, j'ai un faible pour lui. Enfin plutôt pour sa cuisine simple, rapide et revisitée. Alors, rien que pour vous (enfin vous êtes quand même des milliers à avoir lu ses recettes), je vous donne le secret de sa mousse.

 

Pour 6 ramequins il vous faut 200 gr de chocolat (noir ou au lait selon les goûts), 30 gr de beurre, 3 jaunes d'oeufs et 4 blancs d'oeufs, 5 cuillère à soupe de sucre glace.

 

Faire fondre le beurre et le chocolat concassé, au bain-marie. Bien mélanger.

 

Dans un deuxième bain-marie, battres les jaunes d'oeufs avec la moitié du sucre glace pour obtenir une préparation bien mousseuse, légère et gonflée. Sortir du bain-marie et continuer de battre pendant 2 minutes.

 

Fouetter les blancs en neige bien ferme en y ajoutant l'autre moitié du sucre glace à la fin. Si ce dessert est destiné à des adultes on peut ajouter un trait de rhum en battant les blancs.

 

Mélanger les jaunes battus avec le chocolat fondu. Incorporer aux blancs en neige délicatement.

 

Mettre dans des ramequins et laisser reposer minimum 1h au frais.

 

Pour ma part je préfère au chocolat noir avec un peu d'agrume pour accompagner ce dessert. Aujourd'hui c'était une clémentine.

  DSC07029.JPG

A damner un ange !

 

 

Partager cet article

Published by Lilou & Co - dans Desserts
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Lilou & Co
  • Le blog de Lilou & Co
  • : Des odeurs, des saveurs, des couleurs...
  • Contact

Recherche